GUIDE POUR DÉVELOPPER SA SPIRITUALITÉ

GUIDE POUR DÉVELOPPER SA SPIRITUALITÉ

Categories

A lire et a relire

Je veux voir Dieu

 

M.-E. de l'Enfant-Jésus

Neuvième édition

Les Éditions du Carmel, 2015

 

Niveau : intermédiaire-avancé

 

Présentation de l'ouvrage par l'éditeur :

Henri Grialou (1894-1967), encore enfant, s’oriente vers le sacerdoce. Après la Première guerre mondiale, où il expérimente la puissante protection de Thérèse de l’Enfant-Jésus, il reprend ses études au Séminaire de Rodez, y témoignant d’une profonde vie spirituelle.

 

La découverte de saint Jean de la Croix lui révèle sa vocation au Carmel de la Réforme thérésienne, où il entre au lendemain de son ordination sacerdotale, le 4 février 1922. Il prend le nom de Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus.

 

Fortement saisi par la grâce prophétique et mariale du Carmel dans son double mouvement de contemplation et d’action, le Père Marie-Eugène embrasse très tôt sa mission. Comme carme, puis comme fondateur d’un institut séculier, il servira passionnément son Ordre et l’Église.

 

Dès les débuts de son ministère, il s’emploie à diffuser la doctrine spirituelle des Maîtres du Carmel et, convaincu de l’actualité de l’héritage de Thérèse de Jésus (Thérèse d’Avila), il travaille à renforcer le dynamisme des Carmels de France, dont il est nommé Visiteur Apostolique par Pie XII en 1948.

 

Dans l’Ordre, il assume diverses charges parmi lesquelles celles de Définiteur Général (1937-1954) et de Vicaire Général (1954-1955). Il sera, à sa mort, Provincial des Carmes Déchaux d’Avignon-Aquitaine.

 

Son maître ouvrage, Je veux voir Dieu, synthèse des richesses doctrinales du Carmel, nous livre sa propre expérience spirituelle.

 

Appelé par Dieu à transmettre sa grâce à un grand nombre d’hommes, il fonde à Venasque (Vaucluse, France), en 1932, l’Institut séculier Notre-Dame de Vie, dont les membres, laïcs et prêtres, veulent témoigner du Dieu vivant et le révéler aux hommes de notre temps.

 

Son désir est d’ouvrir à tous les chrétiens, en plein monde et dans la vie ordinaire, les chemins de la contemplation et de la sainteté.

 

Il passe sur l’autre rive de la Vie le 27 mars 1967, un lundi de Pâques [Fête de la résurrection]...

 

Son livre est un texte majeur de la spiritualité carmélitaine !